Renn Compagnie

         Comédienne, Laurence Renn Penel met en scène depuis une dizaine d’années. Elle travaille avec une équipe composée de comédiens, de clowns, d’auteurs vivants, et de musiciens.

Co fondatrice de la compagnie Allium théâtre en 1994 à Paris, elle a également suivi une formation de clown et mis en scène plusieurs spectacles clownesques.

Elle a été assistante de Philippe Adrien au théâtre de la Tempête sur plusieurs spectacles et participé aux Rencontres à la Cartoucherie. C’est avec lui qu’elle découvre sa vocation pour la mise en scène.

           

Dans le cadre des « Rencontres à la Cartoucherie » - où des artistes s’interrogent sur le monde actuel à travers des formes courtes – elle a mis en scène « Qu’est-ce qu’on fout là ? » qui traitait de l’exclusion et de l’arbitraire ; l’année suivante, un dialogue entre Staline et Maïakovski de Y. Yourtchenko, « Petit appel de nuit », qui interrogeait le rapport de l’artiste et du pouvoir. La troisième mise en scène « vox populi » de Lise Martin, était une satire sur le pouvoir. Pour ces différents travaux, elle a travaillé sur la forme clownesque.

 

Sa première mise en scène professionnelle au théâtre de la Tempête, en 2003, « Sale Boucan » était un brûlot politique clownesque traitant du phénomène du bouc émissaire. Co-écrit avec les acteurs/clowns, ce spectacle est repris au théâtre du Chien qui fume au Festival d’Avignon puis en tournée européenne et au Liban. 

 

Elle monte ensuite « Les Manuscrits du déluge » de Michel- Marc Bouchard, une pièce onirique sur la mémoire, au théâtre Tristan Bernard à Paris en 2006.

 

En 2007, elle crée « L’Autobus » de S. Stratiev (auteur bulgare) au Festival d’Avignon, suivi d’une tournée. Le spectacle, à la demande de Colette Nucci, est repris en 2018 au théâtre 13 à Paris. Cette pièce absurde, proche de l’univers de Ionesco, traite d’un pouvoir qui part à la dérive.

 

De 2008 à 2010, elle chargée de mission pour le Grand Paris. Recrutée en tant qu’artiste/metteur en scène, elle avait pour tâche de valoriser la création en Seine- Saint-Denis.

Dans ce cadre, elle a co dirigé une équipe et proposé la création d’un « Pôle des cultures urbaines » avec création d’un lieu phare, fédérateur et la mise en place d’un réseau de lieux de fabrique (création, diffusion et promotion des cultures existantes et naissantes).

 

En 2012, elle crée Renn Compagnie en Seine-Saint-Denis, dont elle devient la directrice artistique : le projet propose la mise en scène d’œuvres contemporaines ou la création d’œuvres originales. Il inclut la collaboration avec des chorégraphes, des musiciens et des circassiens.

La première création « États de crise », est présentée au festival d’Avignon en 2012.

 

Suit en 2014 «Misterioso 119» de Koffi Kwahulé, au théâtre de la Tempête. Pour cette tragédie musicale qui traite de la vie des femmes en prison, elle a collaboré avec le jazzman Frédéric Gastard.

 

En 2016, elle propose à Christiane Cohendy et Clotilde Mollet d’interpréter « De si tendres liens » de Loleh Bellon, spectacle joué au Petit Louvre au festival d’Avignon, repris à l’automne 2018 au Lucernaire à Paris.

 

 Elle enseigne également l’Art Dramatique (textes et improvisations) dans différents cadres, anime des ateliers, et dirige des séances de théâtre interactif dans les lycées.

Actuellement, elle travaille à l’adaptation de « Seule dans Raqqa » d’Hala Kodmani, en collaboration avec Gérard Elbaz, dramaturge. Syrienne, musulmane et résistante, dans une ville devenue la « capitale du diable », Nissan Ibrahim est un symbole : Antigone dans une Syrie déchirée.Elle désire, pour ce projet, m’entourer de jeunes comédiens et de chanteurs, raconter la tragédie syrienne, la lutte de femmes contre la dictature et l’Etat islamique

Elle est par ailleurs en recherche de production pour « Rain » d’après Somerset Maugham, qu’elle a adapté. Écrite en 1920, cette histoire cruelle traite de l'hypocrisie de pieux missionnaires dans les îles :  le personnage principal est un tyran qui croit que c’est pour le bien du monde que chacun doit adopter ses valeurs. Mais en vérité, il s’agit bien d’un pouvoir personnel. Étrange résonance avec notre époque.

 Laurence RENN PENEL

restez connectéS !

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle